Kulturdenkmal 16.
 
La Grange de la Dîme
(Die Zehntenscheune)
station précédente:
 
enquête
prochain arrêt:

Vous trouverez la « Zehntenscheune » (la Grange de la Dîme) du côté est de la « Kirchenstraße » (la rue de l’église), entre les restes de l’ancienne muraille, la partie reconstituée de celle-ci et la montée vers le château fort.

La « Zehntenscheune » (La Grange de la Dîme) est l'endroit où l'on s'acquittait autrefois de la dîme, un impôt en nature que les paysans devaient payer à la famille régnante.
Le blason portant la date de 1734 nous fait penser encore aujourd'hui à l’ancienne famille régnante quoiqu'il s'agisse vraisemblablement de la date de reconstruction ou de transformation du bâtiment.

Il y a toujours eu une grange de la dîme construite à l’abri du mur d’enceinte à cet endroit.

Aujourd’hui, la grange de la dîme appartient à Landstuhl, la ville des Sickingen.

Lors de la restauration du bâtiment en1984 et 1985, comme l'on tenait à conserver l’ancienne façade, on a accordé beaucoup d'importance à l'aspect extérieur de l'édifice.
L'épaisse charpente en chêne est remarquable; elle porte l’étage supérieur et le toit qui est d'origine.
Dans la partie inférieure de ce lieu historique, dans les vastes salles de « la gute Stube » de Landstuhl, se déroulent des manifestations organisées par la municipalité mais aussi de très nombreuses fêtes privées.

Dans celles de l’étage supérieur, les « Heimatfreunde de Landstuhl » (Amis du pays de Landstuhl) ont aménagé le « Musée Sickingen ». Le musée présente « Franz von Sickingen », sa personne et son évolution politique et spirituelle.

La place devant la « Zehntenscheune » (la Grange de la Dîme) a été dédiée à Martin Butzer, un des théologiens les plus importants de la Réforme.
Celui-ci, tombé en disgrâce en raison de ses convictions luthériennes, fut accueilli et soutenu dans le fief des Sickingen.



Participation de neuf élèves (Katharina Sander, Marie Velten, Jana Jennewein, Jennifer Jost, Anna Jung, Lara Sophie Niederelz, Lucas Krebs, Franziska Tretter, Leon Vollmer) et de leur professeure (Margrit Müller) de la St.-Katharina-Realschule Landstuhl dans le cadre de la « semaine des projets » de 2016 avec l’aide bienveillante de Madame Sylvie Hombourger, professeure du collège privé « Notre-Dame La Salle » de Pont-à-Mousson. Merci beaucoup !!!
Les deux établissements sont jumelés depuis le 6 avril 1973.
Dernière mise à jour le 02.06.2016